Prendre rendez-vous en ligne

J’ai envie de faire un test de personnalité !

 

D’accord, mais pourquoi ? 

Qu’est ce qui nous invite à rechercher une description de qui on est et des raisons pour lesquels on agit de telle ou telle façon ? En quoi est-ce important pour nous ?

Dans ce billet vous trouverez des éléments de réponses sur l’état d’esprit dans lequel aborder un test de personnalité, sur comment votre fonctionnement personnel peut vous pousser à ressentir le besoin d’en faire plus ou moins fréquemment et sur comment utiliser les résultats pour creuser encore plus votre connaissance de vous-même.

Dans quel état d’esprit aborder un test de personnalité ?

Dans les moments de doutes, les moments où l’on se cherche, on peut se tourner vers les tests de personnalité en espérant se retrouver ou valider l’image que nous avons de nous-même. Parfois c’est un proche qui est dans cette situation et qui nous donne l’envie de se “tester” également.

Cependant, le risque lorsque l’on se lance dans un de ces tests, en dehors des possibles arnaques, est de mal se positionner vis à vis de soi-même. C’est à dire de le faire avec l’image que l’on a de soi et non avec ce que l’on est.

Ainsi, pour éviter ce piège, le mieux est avant tout de répondre avec spontanéité aux questions et en cas de doute de répondre avec son cœur, son instinct et non avec sa raison. Une autre clé est d’avoir identifié son méta-programme.

Son méta-quoi ?

Les méta-programmes sont un concept utilisé en PNL (programmation neuro-linguistique) pour décrire les fonctionnements comportementaux des personnes. Ils permettent de mettre des mots sur des attitudes et de mieux comprendre soi ou les autres. Certains de ces méta-programmes portent sur les comparaisons et les cadres de référence, c’est ceux qui nous intéressent ici.

Les comparaisons

Nous sommes sans arrêt entrain de comparer ce qui nous arrive et ce que nous sommes avec ce que nous connaissons déjà. En effet, lorsqu’il rencontre une nouvelle information, une nouvelle situation notre inconscient commence par se demander avec quoi il va la comparer et s’orientera vers différentes solutions en fonction de votre programme de comparaison (voir tableau ci-dessous). Ce méta-programme va constituer à la fois la manière dont vous aller percevoir les choses, vous organiser par rapport à elles, faire des choix, vous motiver ou agir en fonction d’elles.

Vous êtes … vous aller comparer … Exemple : Je dois choisir un maillot de bain.
soi / soi avec ce que vous avez vécu dans le passé. Je me rappelle que celui en forme de short me grattait et prendre un de forme différente.
soi / soi idéal avec ce que vous feriez si vous étiez ce super-héros qui est en vous. Une forme slip, c’est ce que je dois prendre pour me mettre le mieux en valeur. Et je vais faire plein d’abdos d’ici là.
soi / autres avec ce que font/on eu fait les autres autour de vous. Untel ou d’unetelle a un maillot vert, en plus c’est à la mode. Je vais prendre faire pareil.
autres / autres ce que font les autres avec ce que font les autres sans vous sentir concerné par la question. Je vais conseiller à untel de prendre un maillot comme celui de untel ça lui irait surement très bien.

Les cadres de référence

Cela fonctionne d’une façon assez similaire concernant les cadres de référence.

Si vous êtes dans un cadre de référence interne, vous allez agir en fonction de ce que vous pensez : Quand je lui ai demandé, untel m’a dit qu’un maillot bleu m’irait très bien. Mais quand même je préfère le rouge, je vais prendre le rouge.

Tandis que si vous avec un cadre de référence externe, c’est l’avis des autres qui va vous faire agir :  Quand je lui ai demandé, untel m’a dit qu’un maillot bleu m’irait très bien. Bon, j’aurais préféré le rouge mais je vais prendre le bleu.

Conclusion sur le positionnement

Il y a donc plusieurs façon de se considérer, de se voir, en fonction du méta-programme avec lequel on fonctionne. C’est pourquoi l’on peut être en difficulté vis-à-vis de son positionnement lorsque l’on fait un test de personnalité. C’est le cas lorsque l’on souhaite être “mieux”, être quelqu’un d’autre, être plus “insérer une qualité ici” (donc soi / soi idéal et référence interne) ou lorsqu’on veut toujours répondre aux attentes des parents, amis, collègues (donc soi / autres et références externe).

En effet, en lisant les questions du test on sera tenté de répondre selon ce qu’on “devrait faire” et non selon ce que l’on fait. Or ce n’est pas nous à cet instant que l’on va voir apparaître à la fin du test mais bien un nous que l’on a pas encore atteint ou qui est inatteignable (voir non souhaitable).

 

Comment se servir des résultats d’un test de personnalité pour mieux se connaître ?

A la lecture des résultats on peut être très agréablement surpris, tout colle parfaitement à notre vision de nous-même. C’est si bon d’être enfin compris ! Mais ça parait surréaliste…

Ou se sentir mal à l’aise de ce qui ressort. Avec un discours qui peut aller du “ce n’est pas tout à fait vrai” à “c’est n’importe quoi ce test”.

Dans un cas comme dans l’autre, il faut alors s’interroger :

  • Le test est-il fiable, qui l’a réalisé ?

  • A-t-on répondu honnêtement sans transmettre une vision idéale de soi (que ce soit idéale pour soi-même ou les autres) ?

  • Qu’est ce qui nous trouble ou nous déplaît particulièrement dans la description donnée ? Qu’est ce que cela fait ? Quel sentiment cela fait remonter en nous ?

  • Aurait-on dit ça de nous même il y a quelques mois, années ? Qu’est ce qui a changé depuis ?

  • Que voudrait-on changer dans le résultat ? Pour quelles raisons ? Comment amorcer le changement ?

Les variations dans le temps

Il peut arriver qu’il y ait des variations lorsqu’on fait plusieurs fois le même test.

Si c’est à des intervalles rapprochés, il est probable que l’on ait pas répondu tout à fait spontanément aux questions. On peut alors creuser les différences dans les réponses. Qu’est ce qui fait qu’on a répondu une chose la première fois et une autre la suivante ?

Si c’est à des mois ou des années d’écart alors c’est un bon support pour s’interroger. Qu’est ce qui a changé dans ma vie, dans ma façon d’agir ? Comment je me sens par rapport à ce changement ? Est-ce positif, négatif, ou juste différent et c’est bien comme ça ?

Pour aller plus loin :

  • Faire un test : j’aime personnellement beaucoup celui-là
  • En savoir plus sur les méta-programmes : je vous invite à visiter cette page du WikiPNL.

 

Merci pour votre lecture et n’hésitez pas à partager cet article et à me faire part de vos commentaires.

 


Besoin d’un appui pour avancer sur les questions soulevées par un test de personnalité ?

N’hésitez pas à me contacter pour un coaching en développement personnel.